dimanche 1 août 2021

Chardonnerets à l'oeuvre.

 Dans l'article précédent, je vous parlais des chardonnerets qui aimaient les feuilles de betterave. En voici une photo.


Présentement, les feuilles ont été réduites aux nervures seulement. Heureusement que ce sont celles de notre premier semis et que ces betteraves étaient rendues à maturité et prêtes à être récoltées. Quand à celles de notre deuxième semis, elles auraient subi le même sort si nous ne les avions pas protégées avec un filet. Lorsqu'elles seront prêtes pour la récolte, nous retirerons le filet quelques jours avant de les arracher. En plus du tournesol, il faudra peut-être semer des betteraves pour eux dans le futur.

dimanche 18 juillet 2021

Un été riche en volatiles

 Je n'aurais jamais pensé attirer autant d'oiseaux à ma nouvelle propriété. Il faut admettre que si on aménage un milieu pour eux, ils deviennent vite des habitués et ils exploitent largement tout ce qu'on  met à leur disposition. 

Comme nous sommes dans un quartier assez récent, les aménagements sont rares ou encore peu développés. Heureusement, nous avions opté pour l'achat d'une propriété adossée à une forêt et un  grand terrain où nous pourrions aménager un autre jardin ailé. Il nous restait donc à créer un milieu si invitant que nos petits amis  passeraient bien volontiers de la forêt à notre jardin. C'est exactement ce qui s'est produit.

Notre première priorité a donc été de leur aménager un plan d'eau qui est devenu le principal point d'attraction de toutes les espèces qui se sont installées et pour celles qui sont de passage. Très souvent il suffit d'une visite pour finalement adopter le milieu.

Un de nos nombreux chardonnerets prenant son bain


 

L'Oriole de Baltimore est un autre de nos habitués. J'oserais dire que le plan d'eau combiné avec nos abreuvoirs et nos arbustes ont largement contribué à sa présence quotidienne. Ici, un mâle profitant d'une petite dépression dans notre ruisseau pour se rafraichir. 



Voici la femelle à l'abreuvoir. 
Depuis une semaine c'est toute la famille qui vient explorer ce qu'on peut leur offrir. 

 Maintenant un tout nouveau


Nous sommes aussi choyés de voir quelques espèces de parulines nous visiter régulièrement. La Paruline jaune, la Paruline masquée et la Paruline flamboyante demeurent les plus fréquentes probablement du au fait qu'elles nichent dans la forêt tout près. Nous sommes assurés que la végétation très variée de notre jardin en attirera bien d'autres espèces lors de la migration automnale.


Une Paruline flamboyante au bain




Les Jaseurs d'Amérique ne se sont pas fait attendre pour accepter notre invitation. Étant des oiseaux grégaires, ils sont toujours très nombreux à se présenter surtout si nous avons prévu de planter des arbustes offrant de nombreux petits fruits. Les fruits du camerisier n'ont pas fait long feu avec la présence des jaseurs, des Moqueurs chat et des Merles d'Amérique. Sitôt ces derniers dépouillés, ce sont les sureaux rouges qui ont pris la relève.


Un jaseur dans un sureau rouge


Un Jaseur faisant la navette du sureau au ruisseau.



Les Merles d'Amérique ont élevé de nombreux petits si on en juge par tous ceux qui arpentaient la pelouse et visitaient les arbres fruitiers.
Un rejeton qui ne demande pas  mieux que de se faire nourrir.


Bien entendu, un jardin d'oiseaux n'est pas complet sans offrir un milieu propice à la nidification. 
J'avais installé 10 nichoirs mais seulement 2 ont été occupés et par des troglodytes. Présentement, les petits de la dernière nichée sont sur le point de quitter le nid. Nous avions fondé beaucoup d'espoir sur un couple d'hirondelles qui se sont intéressés pendant plusieurs semaines à un nichoir mais finalement elles ont quitté vers le début de juin. 

Voici les oeufs du troglodyte de notre première nichée. La femelle avait choisi un nichoir à mésange. Pour la deuxième nichée, elle a opté pour un nichoir à troglodyte.


 Par contre, nous avons été relativement chanceux avec notre couple de Moucherolle phébi. Le couple utilise depuis quelques années le dessous d'un appentis pour y construire son nid. Comme je l'ai toujours laissé en place, les parents rafraichissent le nid leur évitant de repartir à neuf. Cette année, 4 petits ont pu prendre leur envol il y a environ 3 semaines.


Les voici tout prêt de leur départ


En voici un brave prêt pour la grande aventure




La gelée de pomme est toujours très populaire auprès des Moqueurs chat. Nous espérons voir l'oriole s'y intéresser prochainement.



Conseils:
- Il ne faut pas oublier de changer le sirop des abreuvoirs à colibris au 3 ou 4 jours avec les chaleurs extrêmes qui sont de plus en plus fréquentes. Il est toujours préférable de mettre ses abreuvoirs à l'ombre si possible. Si vous utilisez des anti-fourmis, il ne faut pas oublier de changer l'eau de ceux-ci également car plusieurs oiseaux s'en servent pour s'abreuver.


-Si vous avez des arbres morts, pourquoi s'empresser de les couper? Ils sont des excellents postes d'observation pour les oiseaux et également un endroit de prédilection pour pouvoir observer les oiseaux qui s'y perchent. Nous avons un colibri qui a adopté les branches sèches d'un cerisier. Il passe ses journées là à surveiller son abreuvoir. 


Ce même arbre mais cette fois avec des jaseurs


Et pourquoi pas de la visite rare: des becs-croisés des sapins


- Pourquoi ne pas semer quelques plantes qui feront la joie de certaines espèces?
Je vous présente le haricot d'Espagne qui est très prisé par le colibri


Saviez-vous que le Chardonneret jaune adore les feuilles de betterave? Nous avons du en couvrir une partie avec un filet car ils ne laissent que la nervure centrale de la feuille.

Bon été et bonne observation.

jeudi 3 juin 2021

Un incontournable pour attirer les oiseaux

 Notre petit ruisseau est devenu très populaire. Tous nos oiseaux de mangeoires l'ont adopté et le fréquentent régulièrement plusieurs fois par jour pour s'abreuver et se baigner. Mais il y a bien plus qu'eux. En effet, d'autres espèces comme les parulines, les merles, les moucheroles, les Moqueurs chat etc, se font un plaisir de le visiter. J'oserais dire que bon nombre d'oiseaux ont été attirés par le bruit des cascades et une fois découvert, ils semblent avoir bonne mémoire puisqu'on les voit revenir fréquemment.

Comme notre aménagement est terminé, je vous présente l'environnement de ce petit plan d'eau. Vous verrez qu'on l'a aménagé particulièrement pour les oiseaux. Les haricots d'Espagne, les échinacées, les calendulas attireront les oiseaux avec leur nourriture alors que plusieurs arbustes comme le caragana, les groseillers alpins, les sureaux. les merisiers, le pin, etc. leur serviront en plus de postes d'observation et de lieux de refuge.



Remarquez que même les arbres morts sont laissés en place puisqu'ils sont les plus prisés comme poste d'observation. Nous avons un petit colibri qui passe sa journée dans l'un d'eux.

Je vous présente maintenant quelques espèces à notre ruisseau.


Les chardonnerets étant très assidus à nos mangeoires, il est bien normal de les voir régulièrement faire des allers et retours au ruisseau.







Même si les quiscales n'ont pas accès à nos mangeoires, ils ne se gênent pas pour venir faire une petite ''saucette''. 




Le Merle d'Amérique arrive mais il devra attendre son tour.







Le Cardinal rouge, mâle et femelle, sont également parmi nos visiteurs.





Ici on observe avant la baignade









Puis finalement c'est le bain




Une fois la femelle bien arrosée, c'est maintenant au mâle de prendre la relève pendant que madame se fait sécher sur le tronc d'arbre mort tout près.




Ici, Cardinal rouge et chardonneret trouvent leur compte en utilisant chacun un bassin.





Voici un autre de nos résidents




Ce Geai bleu n'a pas très belle mine avec son plumage tout détrempé. 





Dommage, l'opérateur de la caméra n'a pas été assez rapide pour prendre cet oriole au bain mais il a réussit à le localiser dans le merisier attenant en train de se sécher.



Note: 

Pensez à construire un aménagement pour les oiseaux si vous tenez à les inviter dans votre jardin.  Il n'est pas nécessaire d'avoir quelque chose de compliqué pour les attirer;  un simple petit bassin dans lequel on laisse dégoutter le boyau d'arrosage intéressera plusieurs oiseaux.

lundi 12 avril 2021

Mon plan d'eau sur youtube et quelques photos

 


Voici le lien sur youtube   pour voir la vidéo de mon petit ruisseau.

https://youtu.be/9GMnp0rqPOs


Ensemble du plan d'eau avec ses 3 bassins pour la baignade et ses cascades pour créer le bruit de l'eau. La plupart des oiseaux perçoivent d'assez loin le bruit de l'eau et ceci nous permet de les attirer plus facilement dans notre jardin puisqu'ils retrouvent un des éléments essentiels à leur bien-être ( se baigner et se désaltérer).


Voici de plus près les 3 bassins pour la baignade


Le bassin du haut que voici a une profondeur de 3/8 de pouce. Il permet aux plus petits oiseaux de se baigner ou s'abreuver mais il ne contient pas suffisamment de profondeur pour les oiseaux plus gros comme le Merle d'Amérique. J'ai donc construit mon plan d'eau pour éviter la concurrence entre les espèces et permettre à chacune de pouvoir l'utiliser en même temps.


Le bassin du milieu a une profondeur de 5/8 de pouce. Il permet la baignade à des oiseaux un peu plus imposants mais comme l'espace est restreint, les oiseaux de la taille du Merle d'Amérique ne se sentent pas à l'aise. Ils laissent donc la place aux bruants, cardinals, Moqueurs chat etc.



Le bassin du bas a été conçu pour justement le Merle d'Amérique et ceux de sa taille. La profondeur est de 3/4 de pouce et il est assez vaste.


Voici un Merle d'Amérique se faisant sécher sur la roche après une bonne baignade.


Un bac de rangement sert de réserve et la circulation de l'eau est l'oeuvre  d'une pompe de 50 gal/heure 


Bien entendu, un plan d'eau n'est pas complet sans une végétation appropriée pour inviter nos petits amis à venir le fréquenter. Un caragana leur servira de perchoir pour l'observation et un temps d'arrêt avant d'aller à l'eau tout en leur offrant ses graines à la fin de l'été. Un pin mugo fera aussi partie de la végétation immédiate pour permettre aux petits oiseaux de se réfugier sous ses branches les rendant ainsi moins craintifs d'être trop à découvert.



Voilà notre réalisation pour combler un des besoins  de nos oiseaux. Je vous ajouterai une autre photo lorsque nos arbustes seront installés.


Conseils:

- Il est temps de préparer nos abreuvoirs à colibris et à orioles et à les installer. Ces espèces font normalement leur apparition chez nous au début de mai.

- Le sirop peut être préparé à raison d'une partie de sucre pour 3 parties d'eau. Apportez le tout à ébullition pendant 2 à 3 minutes et laissez refroidir. Le sirop peut être gardé au réfrigérateur pendant au moins une semaine. 

- Ne remplissez pas vos abreuvoirs car le sirop doit être changé au 4 à 5 jours selon les températures.


dimanche 4 avril 2021

Le Merlebleu de retour.

 La migration est bien démarrée. Il y a une semaine, le Bruant chanteur faisant son apparition dans notre jardin et quelques jours plus tard le Merle d'Amérique. Hier ce fut toute une surprise de voir le Merlebleu perché sur une branche d'un de nos érables. Jamais je n'aurais cru voir cet espèce dans notre jardin  puisque le milieu ne semble pas se prêter à la nidification de cet oiseau à notre nouvelle demeure. L'espace gazonné est restreint et le milieu forestier omni présent. Deux facteurs qui ne favorisent pas la nourriture au sol du Merlebleu. Toutefois, on espère quand même son installation et qu'il accepte de se nourrir sur plusieurs propriétés environnantes.

Sa présence a donc déclenché aujourd'hui la pose de mes derniers nichoirs. Au total, j'ai installé 9 nichoirs dont 3 pour les Mésanges à tête noire, 2 pour Merlebleu, 2 pour hirondelle, 1 pour sitelle et un pour Mésange bicolore. Je sais que le troglodyte en prendra un certain nombre parmi ceux-ci. Je tenterai cependant de le limiter à quelques-uns seulement.

Voici les photos de mes divers nichoirs.


Nichoir à sitelle


Nichoir à Mésange à tête noire



Nichoir à Mésange bicolore



Nichoir de Merlebleu



Nichoir à Hirondelle



Présentement, les températures printanières se sont installées et il est temps de modifier nos installations de mangeoires. Depuis l'arrivée du Bruant chanteur j'ai amorcé le transfert de mes mangeoires d'hiver vers mes mangeoires d'été. J'ai donc installé mes mangeoires de sol pour les bruants, j'ai diminué les silos de chardon puisque les sizerins sont moins nombreux et j'ai remis plus de silos à tournesol. Également, je diminue graduellement le nombre de plateaux. Prochainement, ce sera les orioles et colibris qu'il faudra attirer. Je vous présenterai alors mes installations.

Voici un début de mes installations d'été


Note: 

Si vous songez à un jardin d'oiseaux, il est temps de regarder les végétaux à planter pour attirer les oiseaux chez vous. La plupart des pépinières ont ouvert leurs portes et dans quelques semaines les  arbustes seront disponibles. À titre d'exemple j'ai l'intention d'ajouter bien des arbustes dans notre jardin dont entre autre un pommetier. Pour trouver le spécimen recherché, il m'a fallu contacter 3 pépinières avant de le retrouver et me le faire réserver. Il est donc temps d'y penser car les quantités sont restreintes, semble t-il.

mercredi 3 mars 2021

Deux aliments fortement appréciés par les oiseaux en hiver.

 Depuis longtemps j'offre deux aliments hautement énergétique pour les oiseaux. En hiver, il est bon de penser à offrir ce type d'aliment. En plus du gras animal, j'offre des noix et des arachides. Cet hiver, les Mésanges à tête noire et les Mésanges bicolores ont pris l'habitude, chez-nous, de se présenter dès que je sors à l'extérieur. Elles ont en mémoire que ma présence est un signe de bonnes friandises. En peu de temps, elles vident les deux petits plateaux destinés à ces aliments. Après en avoir mangé quelques-unes, elles transportent les autres pour les cacher dans les buissons et entre les écorces. 

Donc si vous avez la chance d'obtenir des noix, n'hésitez pas à les offrir aux oiseaux. Je vous mets en images ma façon de faire.

Voici ici des noix que je récolte de nos noyers plantés dans notre aménagement. Un noyer produit beaucoup de fruits et en peu de temps. Les miens ont commencé à produire à partir de la huitième année.


Pour les casser, j'utilise un étau. Je place la noix dans le sens de la longueur car j'ai constaté qu'on brise beaucoup moins l'amande de cette façon.


 


Voici la ration que je donne quotidiennement (20 noix)



 Pour les arachides, je me suis procuré un 50 livres mais je me suis aperçu que les oiseaux délaissent les arachides rondes. Je suis donc dans l'obligation de les fractionner. Alors là, tout disparait en peu de temps

J'ai donc ''patenté'' un casse arachides. Je vous le présente ainsi que le résultat.


un ressort permet d'ajuster la pression sur les arachides et au levier de s'adapter à la surface de celles-ci



arachides avant le concassage


Le broyage




Le produit final





Présentement, ce sont les sizerins qui prennent la vedette. Il y en a plus de 200 qui visitent mes mangeoires. Ils s'alimentent principalement de chardon. Ils affectionnent également les petites miettes d'arachides.

Chez-nous, Ça sent le printemps. Les corneilles se font entendre, les pics tambourinent et les Mésanges à tête noire commencent à venir en couple et visiter mon dortoir. Il faudra penser très prochainement à nos nichoirs. On devrait voir arriver très bientôt les quiscales et les carouges.

Bon printemps.

INFORMATIONS:

Si vous songez à votre jardin d'oiseaux, il est temps de planifier certaines plantes à incorporer dans celui-ci. Les graines de plusieurs fleurs intéressantes pour les oiseaux sont déjà sur le marché. Je pense, entre autres, aux haricots d'Espagne,  au cosmos et au tournesol. N'oubliez pas non plus la panoplie d'arbustes qu'on peut planter pour attirer les oiseaux chez-nous.