lundi 20 mars 2017

Le Plectrophane des neiges








Présence : De janvier à mars

                   Arrivée la plus précoce : 24 décembre

                      Départ le plus tardif : 23 mars

Sa nourriture préférée : maïs concassé, millet blanc, alpiste

Type de mangeoire : plateau de sol et sur pied

Localisation de la mangeoire : dans une aire ouverte à proximité d’un arbre

Abreuvoir : Jamais

   La visite des plectrophanes chez soi est toute une faveur. Pendant de nombreuses années, nous avons tout déployé pour les attirer à nos mangeoires. Nous en savions peu sur leurs habitudes et nous avions probablement commis l’erreur de ne pas déneiger nos plateaux régulièrement. Heureusement, notre persévérance a porté fruit en 2006. Depuis, c’est un grand bonheur lorsque nous les voyons revenir à chaque hiver.

    J’installe leurs plateaux bien avant leur arrivée. Après la première chute de neige, je répands sur ceux-ci leur mélange préféré. Pour limiter la visite des Geais bleus et des tourterelles à ce poste d’alimentation tout en permettant aux espèces plus petites de se nourrir, je munis mes 3 plateaux d’une grille à carreaux 5X5cm (2 X 2 po). J’ai remarqué que le va et vient des petits oiseaux comme les Juncos ardoisés et les Bruants hudsonien est un atout pour attirer le plectrophane. Puis comme un chat guette une souris, nous surveillons l’arrivée des premiers éclaireurs. Il faudra parfois attendre plus d’un mois avant de les voir se pointer aux plateaux.






3 plateaux destinés aux plectrophanes dans une aire dégagée
Graines protégées des gros oiseaux par un grillage



Ces volatiles ont des habitudes bien particulières. Tant et aussi longtemps que les champs leur sont accessibles, ils boudent notre jardin. Nous remarquons ce phénomène à chaque fois que nous avons un redoux et que certaines parcelles de terrain se découvrent. Ils quittent alors notre cour pour ne revenir qu’à la prochaine bordée de neige. Ce comportement ne s’observe pas que chez nous. Mon beau-frère les nourrit depuis de nombreuses années et il observe les mêmes agissements chez lui. J’en viens à penser que nos postes d’alimentation sont pour ces oiseaux un dernier recours lorsqu’ils ne peuvent plus trouver leur nourriture dans la nature.

Ils ont également une mémoire phénoménale. Ils se rappellent l’endroit précis où ils s’alimentaient l’année précédente et il ne faut surtout pas les décevoir, paraît-il. S’ils ne retrouvent pas leur lieu d’approvisionnement, on risque de les perdre à tout jamais. Une personne qui les nourrissait depuis longtemps me disait qu’il avait cessé d’entretenir ses plateaux un hiver et  ils ne sont jamais revenus. Mon voisin affectionne particulièrement ces oiseaux pour leur vol gracieux. Tout comme moi, il installe quelques plateaux à une trentaine de mètres des miens. Or lors d’une chute de neige importante, il lui arrive de ne pouvoir les déneiger sur le champ. Eh bien, il peut être des journées et même des semaines sans voir les plectrophanes chez lui! Pourtant ils fréquentent mes plateaux quotidiennement. Ou ils sont rancuniers ou ils sont reconnaissants pour mon assiduité à déneiger et à les nourrir!!!





Plectrophanes surveillant
 les plateaux
Plectrophanes descendant
 aux plateaux





   Ce sont des oiseaux très méfiants. Leur approche vers la nourriture se fait lentement et par étapes. Tout d’abord, nous n’en apercevons que quelques-uns perchés au sommet d’un gros chêne au bout de notre jardin. Puis peu à peu le nombre augmente. Ils peuvent demeurer là de longs moments comme s’ils attendaient les retardataires. Puis subitement, c’est l’envolée générale vers on ne sait où. On les perd de vue quelques minutes pour les voir réapparaître et se percher cette fois sur un des érables surplombant les plateaux. Comme ils sont grégaires, ils se tiennent vraiment près les uns des autres. Nous les verrons rarement occuper plus d’un arbre à moins que leurs branches se touchent. Ils demeureront là à épier ce qui se passe en bas attendant le moment propice pour aller s’alimenter. Voyant les Juncos ardoisés et les Bruants hudsoniens faire la navette entre les arbustes et les mangeoires, la confiance s’installe et un premier brave se hasarde à venir les accompagner. Il a à peine mâchouillé quelques morceaux de maïs qu’un deuxième  puis un troisième le rejoignent. Finalement c’est toute la troupe qui prend d’assaut les plateaux et plusieurs arpentent le sol à la recherche de graines tombées par terre. Ils ne demeurent jamais très longtemps sur place. Une ombre, un bruit, le cri lointain d’un Geai bleu les fait tous déguerpir. On les perd à nouveau de vue quelques minutes pour les voir revenir se poser sur le même érable dans l’espoir de pouvoir continuer leur repas. Ce manège peut se répéter des heures durant.









Un premier brave au plateau
La troupe sur les plateaux et au sol




Nous sommes toujours surpris de la façon dont ils affrontent les froids les plus extrêmes et les tempêtes de neige les plus violentes. Dans mon jeune âge, je les appelais les oiseaux des neiges et ce nom leur va à merveille. Ce sont dans les pires conditions météorologiques qu’ils semblent se plaire comme s’ils voulaient défier les éléments les plus rigoureux. Au fort des bourrasques de vent, alors que les autres espèces sont à l’abri dans les conifères, eux s’amusent aux mangeoires comme des gamins. Lorsque les grands froids du nord descendent jusqu’à nous, ils troquent le faîte de nos érables pour le toit enneigé de la pergola. Bien enfouis dans une dépression qu’ils ont creusée, ils récupèrent les quelques miettes de chaleur que le soleil veut bien leur faire parvenir.





Plectrophanes lors d’une tempête de neige
Plectrophanes sur le toit de la pergola



Petit à petit, ils se sont habitués à ma présence. Même s’ils se tiennent sur leur garde, ils finissent par demeurer au  sommet d’un érable pas très loin, le temps que je leur apporte une nouvelle ration de graines. Je crois qu’ils comprennent finalement d’où vient la manne.

J’ai tenté à plusieurs reprises de me dissimuler près d’un bosquet pour vérifier leur préférence parmi les graines que je leur offrais mais ils percevaient ma présence et s’abstenaient de descendre aux plateaux. Après de longs moments d’attente à demeurer immobile et subir les affres du froid j’ai bien réalisé qu’il me faudrait user d’un autre moyen. C’est en installant ma chaise-cache que j’ai finalement eu raison de leur méfiance. Mise en place pendant quelques jours, elle était devenue un objet familier pour eux. Une fois camouflé dans cet abri, j’ai pu les observer à volonté et prendre plusieurs photos de près. J’étais maintenant en mesure de constater, en rapprochant celles-ci, que la majorité d’entre eux  avaient dans le bec soit un morceau de maïs, une graine de millet blanc ou d’alpiste. Ils ne semblaient pas s’intéresser au tournesol et cela faisait bien mon affaire. En éliminant cette graine, je rendais ces plateaux moins attrayants pour certaines espèces comme les tourterelles, les Geais bleus, les Gros-becs errants et les Durbecs des sapins. D’ailleurs, ces derniers avaient leur poste d’alimentation dans un autre coin du jardin. En offrant uniquement un mélange de ces trois graines j’éliminais une partie de la compétition entre les espèces au profit des plectrophanes.






Chaise-cache à 10m des plateaux
Vue d’ensemble des plateaux et de la chaise-cache
Plectrophanes sur un plateau grillagé face à la chaise-cache



  Comme ces oiseaux font maintenant partie de nos espèces hivernales régulières nous visons un autre objectif : attirer sur une base régulière un Plectrophane lapon. Nous avons eu la chance de l’enregistrer une seule fois, le 28 février 2011. Notre espoir de l’apercevoir à nouveau est proportionnel aux nombre d’individus qui fréquentent nos plateaux. Les jours où le groupe approche la centaine nous savons que nos chances augmentent. Peut-être qu’un jour nous serons exaucés; la persévérance fait partie de mes habitudes.

   Vous avez un environnement propice (grands espaces, champs à proximité…) et vous voulez tenter de les attirer? Je vous présente une méthode qui a réussi chez nous.

   

Ma façon de faire

-   J’installe trois plateaux sur pied à quelques mètres d’un arbre et distants entre eux d’environ 5m. Le fait d’en offrir plusieurs augmente les chances d’en avoir un de libre si les plectrophanes viennent à se présenter.

-   Je mets la majorité des graines au centre du plateau, protégées par un grillage. Ce dernier ne couvre pas tout le plateau. Une surface d’au moins 5cm tout autour est libre et j’y répands un peu de graines. Il faut un certain temps aux plectrophanes pour entrer à l’intérieur du grillage; ils se posent à l’extérieur en premier. En voyant les graines au centre, ils apprennent vite à passer à l’intérieur.

-   Je m’assure qu’il y a des graines en permanence sur les plateaux. Dès qu’elles sont mangées par les autres espèces, j’en ajoute à nouveau. Comme les plectrophanes se présentent tôt le matin, je m’assure qu’ils pourront s’alimenter dès le lever du jour. Je réapprovisionne mes plateaux avant diner si nécessaire.

-   Par mauvais temps, je déneige tôt le matin et à quelques reprises en journée. Les graines sur le plateau se retrouvent sur un contreplaqué au sol et j’en dépose de nouvelles sur les plateaux sur pied. Laisser trop longtemps les plateaux enneigés est une erreur que j’ai appris à ne plus faire.



   




2 commentaires:

Stef a dit...

Bonjour M. Lacroix,

Merci de partager votre expérience avec ces oiseaux magnifiques que sont les Plectrophanes. Personnellement, je préférais le nom Bruants des neiges qui était plus simple et plus sympathique mais cela n'enlève en rien à la pure beauté de cet oiseau.

Grâce à votre travail et à votre persévérance, vous êtes maintenant parmi les rares chanceux à pouvoir les admirer dans sa propre cour.

L'hiver prochain, je vais probablement tenter votre suggestion d'installer des plateaux sur pieds. J'ai déjà des plateaux au sol que je protège avec du grillage de 2X2po et des panneaux de plexiglass que je pose par-dessus pour les protéger de la neige(quand il n'y a pas trop de vent...). Est-ce que les panneaux de plexi peuvent nuire à leur venu?
Je ne me fais pas d'illusion non plus mais je sais qu'ils sont présent dans les champs de ma région. Et avec un peu de persévérance, sait-on jamais...

Encore merci

Salutations!

Gilles Lacroix a dit...

Merci de ton passage Stef. Pour répondre à ta question, je suis presque assuré que les plectrophanes n'iront pas sur un plateau couvert à moins de les habituer sur un plateau ouvert près de l'autre. Ce sont des oiseaux très timides et farouches sauf une fois très habitués à la place.