jeudi 5 septembre 2019

Le Jardin ailé est maintenant sur le site Remax

Vous pouvez maintenant voir sur le site de Remax dans les maisons à vendre à Danville le jardin ailé en vente. Ce fut une décision difficile à prendre mais finalement nous nous sommes résignés. Faut dire que le fait d'acquérir une nouvelle propriété nous a aidé à rêver car on songe à aménager un nouveau jardin d'oiseaux à la hauteur de nos forces, donc en beaucoup plus petit. Notre nouvelle demeure est située au 610 cours du chevreuil à Drummondville.

Voici donc l'avant.



Voici maintenant l'arrière


La photo ne le montre pas mais le terrain est en bonne partie boisé sur le côté et à l'arrière. Donc beaucoup de potentiel pour attirer les oiseaux. Si vous remarquer le petit toit accroché au cabanon, ce sera l'idéal pour accrocher des mangeoires à l'abri de la neige et elles seront près du boisé. Dès que nous serons installés, une fois le jardin ailé vendu, j'aurai plus de temps pour revenir vous informer sur la progression de notre futur jardin. Nous savons que nous n'aurons jamais ce que nous avions ici mais on rêve en petit maintenant et à la hauteur de nos forces. Nous devrions commencer en novembre la construction d'une verrière allant d'une fenêtre à l'autre, et déplacer le balcon de façon à ce que la porte patio arrive justement dans cette verrière. Vous voyiez que ce n'est pas l'âge qui arrête nos projets.
Bon automne et on revient une fois le déménagement effectué.

mardi 6 août 2019

Notre domaine: ''Le Jardin ailé'' à vendre

Nous annonçons définitivement Le jardin ailé à vendre. Nous avions confié à la firme Daniel Bouchard de Drummondville (évaluateur agréé) le mandat de nous fournir un rapport sur l'état de notre propriété et d'établir un prix pour une vente entre 4 à 6 mois. Nous avons reçu dernièrement ce rapport que nous pourrons présenté à toute personne vraiment intéressée à analyser la possibilité de se porter acquéreur du Jardin ailé. Comme mes coordonnés sont sur mon blog, toute personne intéressée à l'acquisition de notre paradis peut nous contacter.

''Le Jardin ailé''



Notre poste d'observation qui nous manquera à coup sûr.


Vu de l'ensemble de notre verrière où nous avons passé nos plus beaux moments à observer les oiseaux.



lundi 15 juillet 2019

recherche contact

J'aimerais entrer en contact avec les 2 personnes très généreuses qui sont passées me voir le 10 juillet. Elles habitaient Québec. Si vous lisez ce message vous pouvez m'appeler ou m'envoyer un courriel. Mes coordonnées se retrouvent sur mon blog.

Pour mes lecteurs, je suis très désolé de n'avoir pu écrire depuis le début de mai. Au Jardin ailé, nous avons eu un bon nombre d'oiseaux mais tout mon temps a été dirigé à mettre en ordre les bâtiments et le jardin car nous avons décidé de mettre en vente notre paradis. Notre rêve serait de pouvoir trouver un acheteur qui aime la nature et les oiseaux car le Jardin ailé a reçu pendant près de 50 ans beaucoup d'amour mais bien entendu le nouveau propriétaire fera bien ce qu'il voudra. Vous devriez retrouver très très bientôt sur le site du proprio une série de photos montrant notre domaine. Je dis bien un domaine car nous possédons 4 acres de pleine nature tout au milieu de la ville.

Dès que le travail diminuera, je devrais reprendre plus assidûment les écrits sur mon blog. Présentement j'ai une chronique sur les oiseaux à la radio de CJAN (99,3 fm) tous les lundis vers 8h40.

Bonnes vacances à tous.

mardi 30 avril 2019

Beaucoup d'activité au Jardin ailé

Beaucoup de migrateurs sont de retour. Aujourd'hui, nous avons enregistré 27 espèces et dimanche dernier notre première paruline s'est présentée. Il s'agissait une Paruline des pins. Faute d'insectes, elle s'alimentait de pain d'oiseaux. Notre premier couple de merlebleus est arrivé le 22 avril. Il a adopté aussitôt le nichoir et ils se sont rapidement habitués aux vers. En 2 jours ils ont compris que la nourriture était disponible lorsque je sifflais.




Nous avons également eu la présence d'une perdrix choukar. Cet oiseau d'élevage est demeuré au jardin tout près d'une semaine. Elle passait la nuit sur le rebord de la fenêtre et le jour, elle s'alimentait sur les plateaux.



CONSEILS:
-Il est temps d'installer vos nichoirs à hirondelles. Si vous n'avez pas installé ceux de la mésange et du merlebleu, il est urgent de le faire.
-Il est également temps d'installer au moins un abreuvoir à colibris et à orioles. Ils devraient se présenter très bientôt. Pour les orioles, quelques morceaux d'orange favorisent leur venue. N'oubliez pas de leur offrir de la gelée de pomme. Ils deviennent vite accroc à la gelée pour délaisser complètement les oranges et le sirop.
   





dimanche 10 mars 2019

Mon petit père Noêl

Pour faire suite à mon précédent article, voici ce que mon Petit-duc maculé avait l'air au cœur de la tempête aujourd'hui.

 
Il a passé la journée dans son nichoir mais vers 17h15 il s'est installé dans l'entrée et a affronté la tempête. La noirceur venue, il était toujours accroché à son trou.

vendredi 8 mars 2019

Une première au Jardin Ailé

Aujourd'hui, nous avons pu ajouter une nouvelle espèce à notre liste pour le jardin ailé. Nous étions habitués à voir des Canards branchus dans nos nichoirs et nous espérions depuis longtemps voir un hibou en occuper un. Ce 8 de mars 2019 était donc la bonne journée. J'ignore si c'était sa première présence car ce n'est pas encore la période où je commence à surveiller mes nichoirs. C'est donc un pur hasard si mon regard s'est porté sur ce nichoir et quelle fut ma surprise de voir un Petit-duc maculé de forme rousse bien installé dans l'ouverture à se faire chauffer au soleil. À plusieurs reprises il est descendu dans le nichoir pour réapparaître à nouveau et continuer sa sieste accroché à l'entrée. Lorsque le soleil a disparu à l'horizon, il était toujours là. C'est un peu avec une certaine hâte que j'attends le lendemain. Était-il que de passage ou a t-il décidé d'élire domicile pour élever sa famille? Il y a quelques années, une Chouette rayée avait élevé 2 petits dans un trou d'un gros érable. J'avais passé de beaux moments à les observer et étudier leur comportement. La mère était très protectrice et les prévenait au moindre mouvement inhabituel.


Présentement 3 espèces dominent à nos mangeoires. Nous avons l'impression que tous les individus de ces espèces se sont donnés rendez-vous chez nous. Plus d'une cinquantaine de Gros-becs errants décortiquent pas moins de 5kg  de tournesol par jour.



Lorsque  les Gros-becs quittent les plateaux, ce sont les Sizerins flammés qui les prennent d'assaut. J'imagine que le gros-bec en cassant l'enveloppe de la graine de tournesol laisse s'échapper des miettes de cette graine et c'est de celles-ci que les sizerins viennent se nourrir. Par les années passées, ces derniers étaient en permanence aux silos de chardon mais cette année, ils semblent les bouder. Pourtant je me suis procuré à trois endroits différents des graines de chardon toutes fraiches et aucune ne semble les attirer. Pourtant ils sont près d'une centaine; il devrait bien y en avoir quelques-uns pour les essayer.


La troisième espèce très populeuse est comme à chaque année la Tourterelle triste. J'en ai compté 42 aujourd'hui. Elles s'installent dans le pommetier tout près des plateaux d'alimentation pour se faire chauffer au soleil et elles attendent le moment propice pour envahir la place. Alors là, après leur passage, il ne reste plus de tournesol, de millet et de maïs concassé. Elles ont fait table rase. Il faut donc aller remettre des graines pour le repas de fin de journée.



Il arrive occasionnellement d'avoir de petites surprises et pouvoir noter dans nos registres certaines espèces moins fréquentes. Nous recevons sporadiquement la visite du Grand Pic et du Durbec des sapins.





En moyenne ce sont donc entre 13 à 15 espèces par jour que nous pouvons noter. Tout comme la neige, nous pouvons dire que les oiseaux ont été abondants cet hiver.

NOTE:
Ce sera bientôt le retour des migrateurs. Comme on nous annonce un réchauffement de la température pour la semaine prochaine, on devrait voir les quiscales, les carouges et les vachers envahir nos pelouses et le dessous de nos mangeoires. Si on ne désire pas les voir s'établir pour l'été chez nous, il serait alors préférable de faire un bon nettoyage sous nos mangeoires et ranger nos plateaux. Il est temps d'installer nos mangeoires grillagées.

lundi 4 février 2019

De nouveaux arrivants

Depuis le début de l'année nous relevons quotidiennement, au Jardin ailé, entre 12 et 15 espèces d'oiseaux. Le nombre d'individus par espèce est très variable mais certaines d'entre elles (juncos, Bruant hudsonien, gros-bec) demeurent relativement stable. Les juncos installés depuis octobre dernier sont au-delà d'une trentaine et ils fréquentent tous les plateaux où ils peuvent trouver du millet et de l'alpiste. Ils sont de vrais petits gloutons. Comme nous sommes en période hivernale, il faut donc prévoir certains plateaux bien accessibles mais également bien protégés des chutes de neige. Nous avons donc des plateaux bien à découvert alors que d'autres sont adossés contre le mur de la salle à diner sous un avant-toit recouvrant la galerie. C'est d'ailleurs ce  lieu d'approvisionnement qu'ils préfèrent car beau temps, mauvais temps, les graines sont toujours bien en vue.




Un contreplaqué sur le sol, qu'on peut déneiger facilement au grattoir, fait un excellent plateau pour y déposer millet et alpiste. On peut facilement le surélever à chaque chute de neige. Il est important de le placer près d'arbustes qui serviront de refuge si un rapace se présente.










Les Bruants hudsoniens sont également très nombreux. Plus d'une vingtaine ont priorisé notre jardin pour y passer l'hiver. Eux aussi sont des adaptes du millet et de l'alpiste. Depuis l'automne, c'est plus de 40kg de ces 2 graines que juncos et bruants ont décortiqués. Parfois la cohabitation avec les juncos devient difficile car le Bruant hudsonien est assez vindicatif et quiconque veut s'approcher de sa pitance y retrouve un combattant déterminé. Il devient alors le maitre du plateau.





Voici un plateau adossé à la fenêtre. Remarquez le filet de protection que nous avons tendu pour éviter les collisions de nos petits protégés avec la fenêtre. Sous le cube grillagé, nous  avons installé un plateau de graines spécifiquement pour les petits oiseaux car les tourterelles raffolent également du millet.









La troisième espèce, très populeuse cette année, est le Gros-bec errant. Certaines journées, ils dépassaient la centaine. Les érables à Giguère ont rapidement perdu leurs samares et ce sont les graines de tournesol qui ont pris la relève. Quotidiennement  une cinquantaine d'entre eux  font la navette entre la dizaine de postes d'alimentation. À la fin de la journée, rares sont les graines qui n'ont pas été décortiquées. Il faut alors se lever tôt pour le réapprovisionnement.


Depuis le début de janvier, les tourterelles se sont rapidement multipliées. De quelques-unes en décembre, elles sont maintenant plus d'une vingtaine à arriver tôt le matin pour picorer tournesol et millet. Heureusement, ce n'est pas un oiseau bagarreur et les autres espèces ne semblent pas intimidées par leur présence. Il n'est pas rare de voir un petit junco entre 2 tourterelles. Toutefois, ce n'est pas le cas lorsque la dizaine de Geais bleus s'amène. Tout ce petit monde déguerpit.




Depuis quelques jours nous avons de la visite. Les sizerins viennent d'apparaitre alors que depuis 4 ans, aucun n'avait été relevé au Jardin ailé. Ils ne sont pas nombreux mais ils font bien notre bonheur.




Puis comme à chaque hiver nous recevons  l'as du camouflage. Pas facile de le repérer s'il est immobile. Pour lui, c'est le pain d'oiseau entre les fissures des écorces qui l'attire, tout comme les sitelles. Je vous parle du Grimpereau brun. J'ai grossi la photo pour que vous puissiez le voir plus facilement.



Il ne faut pas se surprendre de voir venir les rapaces attirés par toute cette marmaille. L'épervier et la Pie-grièche grise font partie du quotidien. Lorsque tout tombe tranquille nous savons qu'ils sont tout près. Il suffit de scruter les arbustes environnants pour les repérer.




Notes:
- Nous sommes possiblement à la mi-hiver. Si vous avez offert du gras il est temps de vérifier les postes d'approvisionnement. Si vous ne pouvez obtenir de gras animal, vous pouvez offrir des blocs de gras commerciaux. Cette année, je me suis procuré plusieurs variétés de ces blocs fournis par Picardie et le plus prisé est celui qui ne contient que du gras pur. C'est donc dire que les pics ne recherchent pas les graines incorporés au mélange mais bien le gras lui-même. 
Pic mineur sur gras animal


-Si vous songer à offrir des vers à vos oiseaux au printemps, il est temps de partir votre élevage. Vous pouvez vous procurer des vers de farine facilement aux animaleries. Dans trois mois, vous obtiendrez suffisamment de vers pour attirer à vos mangeoires une panoplie d'espèces. Je vous présente quelques photos de mon élevage prises dernièrement.





Un vieux tiroir de frigo fait un excellent récipient pour partir l'élevage.














Les nymphes en développement. Plusieurs de sont déjà transformés en coléoptères.












Coléoptères (pondeuses) dans un milieu de son avec quelques morceaux de patates.










Dans le Grand livre pour attirer les oiseaux chez soi que j'ai écrit avec Suzanne Brulotte, vous pouvez avoir une description détaillée de cet élevage.

- Si vous avez la chance d'offrir des noix, n'hésitez pas car c'est un mets de choix pour la plupart des oiseaux. Au Jardin ailé, nous avons planté il y a une trentaine d'années quelques noyers et 8 ans après la plantation la production commençait. De nos jours, nous récoltons entre 4 à 5 chaudières de 20 litres de ces noix. Un étau d'établi fait très bien l'ouvrage pour les ouvrir.



Je vous souhaite bien du plaisir avec vos petits amis.