lundi 4 février 2019

De nouveaux arrivants

Depuis le début de l'année nous relevons quotidiennement, au Jardin ailé, entre 12 et 15 espèces d'oiseaux. Le nombre d'individus par espèce est très variable mais certaines d'entre elles (juncos, Bruant hudsonien, gros-bec) demeurent relativement stable. Les juncos installés depuis octobre dernier sont au-delà d'une trentaine et ils fréquentent tous les plateaux où ils peuvent trouver du millet et de l'alpiste. Ils sont de vrais petits gloutons. Comme nous sommes en période hivernale, il faut donc prévoir certains plateaux bien accessibles mais également bien protégés des chutes de neige. Nous avons donc des plateaux bien à découvert alors que d'autres sont adossés contre le mur de la salle à diner sous un avant-toit recouvrant la galerie. C'est d'ailleurs ce  lieu d'approvisionnement qu'ils préfèrent car beau temps, mauvais temps, les graines sont toujours bien en vue.




Un contreplaqué sur le sol, qu'on peut déneiger facilement au grattoir, fait un excellent plateau pour y déposer millet et alpiste. On peut facilement le surélever à chaque chute de neige. Il est important de le placer près d'arbustes qui serviront de refuge si un rapace se présente.










Les Bruants hudsoniens sont également très nombreux. Plus d'une vingtaine ont priorisé notre jardin pour y passer l'hiver. Eux aussi sont des adaptes du millet et de l'alpiste. Depuis l'automne, c'est plus de 40kg de ces 2 graines que juncos et bruants ont décortiqués. Parfois la cohabitation avec les juncos devient difficile car le Bruant hudsonien est assez vindicatif et quiconque veut s'approcher de sa pitance y retrouve un combattant déterminé. Il devient alors le maitre du plateau.





Voici un plateau adossé à la fenêtre. Remarquez le filet de protection que nous avons tendu pour éviter les collisions de nos petits protégés avec la fenêtre. Sous le cube grillagé, nous  avons installé un plateau de graines spécifiquement pour les petits oiseaux car les tourterelles raffolent également du millet.









La troisième espèce, très populeuse cette année, est le Gros-bec errant. Certaines journées, ils dépassaient la centaine. Les érables à Giguère ont rapidement perdu leurs samares et ce sont les graines de tournesol qui ont pris la relève. Quotidiennement  une cinquantaine d'entre eux  font la navette entre la dizaine de postes d'alimentation. À la fin de la journée, rares sont les graines qui n'ont pas été décortiquées. Il faut alors se lever tôt pour le réapprovisionnement.


Depuis le début de janvier, les tourterelles se sont rapidement multipliées. De quelques-unes en décembre, elles sont maintenant plus d'une vingtaine à arriver tôt le matin pour picorer tournesol et millet. Heureusement, ce n'est pas un oiseau bagarreur et les autres espèces ne semblent pas intimidées par leur présence. Il n'est pas rare de voir un petit junco entre 2 tourterelles. Toutefois, ce n'est pas le cas lorsque la dizaine de Geais bleus s'amène. Tout ce petit monde déguerpit.




Depuis quelques jours nous avons de la visite. Les sizerins viennent d'apparaitre alors que depuis 4 ans, aucun n'avait été relevé au Jardin ailé. Ils ne sont pas nombreux mais ils font bien notre bonheur.




Puis comme à chaque hiver nous recevons  l'as du camouflage. Pas facile de le repérer s'il est immobile. Pour lui, c'est le pain d'oiseau entre les fissures des écorces qui l'attire, tout comme les sitelles. Je vous parle du Grimpereau brun. J'ai grossi la photo pour que vous puissiez le voir plus facilement.



Il ne faut pas se surprendre de voir venir les rapaces attirés par toute cette marmaille. L'épervier et la Pie-grièche grise font partie du quotidien. Lorsque tout tombe tranquille nous savons qu'ils sont tout près. Il suffit de scruter les arbustes environnants pour les repérer.




Notes:
- Nous sommes possiblement à la mi-hiver. Si vous avez offert du gras il est temps de vérifier les postes d'approvisionnement. Si vous ne pouvez obtenir de gras animal, vous pouvez offrir des blocs de gras commerciaux. Cette année, je me suis procuré plusieurs variétés de ces blocs fournis par Picardie et le plus prisé est celui qui ne contient que du gras pur. C'est donc dire que les pics ne recherchent pas les graines incorporés au mélange mais bien le gras lui-même. 
Pic mineur sur gras animal


-Si vous songer à offrir des vers à vos oiseaux au printemps, il est temps de partir votre élevage. Vous pouvez vous procurer des vers de farine facilement aux animaleries. Dans trois mois, vous obtiendrez suffisamment de vers pour attirer à vos mangeoires une panoplie d'espèces. Je vous présente quelques photos de mon élevage prises dernièrement.





Un vieux tiroir de frigo fait un excellent récipient pour partir l'élevage.














Les nymphes en développement. Plusieurs de sont déjà transformés en coléoptères.












Coléoptères (pondeuses) dans un milieu de son avec quelques morceaux de patates.










Dans le Grand livre pour attirer les oiseaux chez soi que j'ai écrit avec Suzanne Brulotte, vous pouvez avoir une description détaillée de cet élevage.

- Si vous avez la chance d'offrir des noix, n'hésitez pas car c'est un mets de choix pour la plupart des oiseaux. Au Jardin ailé, nous avons planté il y a une trentaine d'années quelques noyers et 8 ans après la plantation la production commençait. De nos jours, nous récoltons entre 4 à 5 chaudières de 20 litres de ces noix. Un étau d'établi fait très bien l'ouvrage pour les ouvrir.



Je vous souhaite bien du plaisir avec vos petits amis.


6 commentaires:

Stef a dit...

Bonjour M.Lacroix
Très heureux d'apprendre que tout se passe bien au Jardin Ailé.

Je n'en reviens tout simplement pas de l'imposante présence des Gros-bec errant chez-vous…
Depuis toutes ces années que je nourris les oiseaux chez-moi et je n'en ai encore jamais vu un seul…
J'aimerais beaucoup les attirer mais je ne sais même pas si ils sont présents dans ma région…

Je suis aussi très heureux de constater que les Sizerins sont de retour après toutes ces années d'absence. J'espère bien en voir chez-moi bientôt!

J'ai aussi une Pie-Grièche qui a inclus ma cour dans son territoire de chasse. Je comprend qu'elle aussi doit se nourrir mais disons que j'essaie de protéger les petits du mieux que je peux.

Comme toujours, les nouvelles du Jardin Ailé sont très appréciées!

Au plaisir de vous lire!

Gilles Lacroix a dit...

Merci Stef,
Il ne faut en vouloir aux rapaces. Tout est dans leurs gènes et ils ne sont pas plus cruels que certains humains qui n'hésitent pas à abattre les leurs parce qu'ils n'adhèrent pas à leurs idées. Au moins, les rapaces ne tuent pas pour tuer mais bien pour survivre et la nature les a ainsi fait. Il n'y a pas de mal cependant à prendre certains moyens pour protéger les plus faibles.

Ce matin les sizerins étaient plus d'une douzaine. Ils augmentent de jour en jour. Chose curieuse, ils s'intéressent aux graines concassées sur mes plateaux et ne vont pas aux mangeoires à chardon. J'imagine que ça va venir si le nombre continue à augmenter.


Pour les gros-becs, il est possible que tu n'aies pas le milieu où les arbustes pour les attirer. J'ai planté plusieurs érables à Giguère et c'est toujours là qu'ils se présentent en premier. Ce n'est que par la suite qu'ils découvrent les mangeoires.


Bon hiver

isabelle a dit...

Bonjour M Lacroix, et merci pour votre texte !

J'adore avoir des nouvelles de vos oiseaux et des activités qui se passent dans votre cour, cela nous permet de comparer avec ce qui se passe chez nous, par exemple chez moi aussi les geais bleus font presque toujours déguerpir les gros becs...mais je ne me passerais pas de leur présence car ils font d'excellents gardiens lorsqu'un oiseau de proie se présente : leurs cris aigus donnent l'alerte et tout ce beau monde s'empresse d'aller se réfugier dans les cèdres et pruches à proximité !!! Mais j'ai aussi déjà observé un geai bleu donner l'alerte et tout de suite après s'accaparer tranquillement des mangeoires !!! Petit futé !

Cet hiver quotidiennement je peut observer 11 espèces d'oiseaux :

- une vingtaine de geais bleus
- une quarantaine de tourterelles
- 2-3 bandes de mésanges à tête noire
- quelques sitelles à poitrine rousse, dont 2 individus viennent me quémander des arachides déjà écalées : elles en raffolent littéralement ! Dès que je me pointe le nez dehors, elles viennent voler devant moi pour signaler leur présence puis elles retournent se percher sur une branche tout près; je fouille dans ma poche pour sortir une poignée d'arachides et aussitôt elles reviennent se percher sur ma main, prenant leur temps pour choisir LA pinotte de leur choix, puis elles s'envolent la déguster ! Je ne sors JAMAIS sans une poignée d'arachides dans ma poche car j'ai vécu une fois ce que ça fait de les voir me voler autour alors que j'ai oublié de prendre mes arachides...
- quelques sitelles à poitrine blanche (plus craintives que les rousses)
- 5-6 bruants hudsoniens
- exactement 13 gros-becs - la première année que j'en ai depuis 4 ans - merci mon Dieu pour ce beau spectacle, les mâles sont superbes !
- quelques pics mineurs - ils adorent la mangeoire que je leur ai installée ( celle que j'ai prise dans votre livre Attirer les oiseaux chez soi : un poteau, un rack a suif accroché dessus, le tout entouré de broche à poule, et un entonnoir pour empêcher les écureuils d'y monter et grâce à votre truc, les geais bleus n'y ont pas accès, seuls les pics, les mésanges et les sitelles peuvent s'y nourrir, et c'est ce que je veux. Merci donc pour ce truc !
- quelques pics chevelus
- une quinzaine de juncos
- et un dindon sauvage femelle !!! depuis environ un mois elle s'aventure sur le bord de mon terrain et picosse les quelques graines au sol, puis elle part dans le bois, pour revenir plus tard recommencer son stratagème ! Je l'ai surnommée ''bigger'' car elle est immense !
- à l'occasion un autour des palombes se pointe le bout du nez, un épervier aussi, et quelques fois une chouette rayée.

Par le passé j'avais une tonne de chardonnerets et des roselins, quelques sizerins, mais cette année ils ne sont pas au rendez-vous !

J'ai aussi chez moi plusieurs grands polatouches (écureuils volants) qui visitent mes mangeoires la nuit (d'où la présence de la choouette rayée qui a bien failli en attraper un l'hiver dernier); le jour j'ai une dizaine d'écureuils roux, et des tamias l'été. J'ai aussi une belette qui rôde aux alentours car j'ai beaucoup de mulots, et l'hiver dernier elle a mangé, sous mes yeux, un écureuil volant qui dormait paisiblement dans l'arbre juste devant ma fenêtre. Quel spectacle désolant auquel j'ai assisté, impuissante...


Je me demandais si vous pouviez me dire quel appareil photo vous utilisez ? Ma maison est fenêtrée de tous les côtés et j'aimerais bien prendre en photo tout ce petit monde. Disons que j'aimerais pouvoir prendre des photos à un maximum de 100 pieds de ma fenêtre. J'ai bien lu quelques articles sur le sujet mais souvent il y a tellement de détails et de possibilités que je m'y perd...

Voila, j'espère vous lire encore bientôt, et vivement le printemps avec l'arrivée des migrateurs !!!

Gilles Lacroix a dit...

Bonjour Isabelle,
Magnifique le reportage sur votre cour. Il est vrai qu'on aime comparer nos petits visiteurs. Souvent l'environnement favorise une espèce plutôt qu'une autre mais dans l'ensemble ce sont en bonne partie les mêmes qui nous visitent.

J'ai plusieurs caméras dont 2 que les gens appellent de gros canons. Ce sont toutes des Canon avec des lentilles de 300mm et 500mm mais je ne les utilise pratiquement jamais. Je préfère une caméra réflexe, beaucoup plus légère et facilement maniable. Comme je prends la majorité de mes photos à titre de référence seulement et non pour l'art, la Canon SX50HS suffit amplement pour mes besoins. J'aime sa rapidité de mise au point et son grossissement 50X. De plus, elle fait de bonnes vidéos et prend des photos en rafale. Pour une caméra qui m'a coûté moins de 300.00$ c'est très acceptable. Pour mes deux autres caméras, j'ai investi plus de 6 000 $ et elles dorment sur l'étagère.

Présentement ce sont les sizerins et les gros-becs qui dominent chez-nous.

Bon hiver.

isabelle a dit...

Bonjour M. Lacroix,

merci pour les conseils sur vos caméras, grâce auxquels je me suis payée un petit cadeau en fin de semaine : un Canon Power Shot SX530 ! J'ai cherché un SX50 mais je crois qu'ils n'en vendent plus dans le neuf, et dans l'usagé j'avais peur pour l'usure avancée de la batterie...

Le SX530 a les mêmes propriétés que le SX50, dont le zoom 50X et la caméra vidéo. Je me le suis procurée pour $350 neuf. Je devrais le recevoir ce vendredi, je suis comme une enfant la veille de Noel : j'ai bien hâte de l'avoir !

Ça faisait 2-3 ans que je tournais autour du pot en me disant que j'aimerais bien avoir un appareil pas trop cher pour photographier mes petits amours ailés. Donc voila, c'est fait !
Merci à vous, et continuez de nous donner des nouvelles !!!

Isabelle

Gilles Lacroix a dit...

Je suis assuré que vous aurez bien du plaisir avec votre appareil photo. Si vous êtes comme moi, vous ne regretterai pas votre achat.